Conception d’un plan de développement de l’usage des ressources numériques

Ingenierie d’un plan de développement de l’usage des ressources et dispositifs numériques au sein d’une institution éducative

J’ai décidé d’appliquer ce plan de développement au cadre de mon stage c’est à dire dans l’école où je travaille car cette volonté d’intégrer les NTIC dans les pratiques d’enseignement est à la fois la raison de mon stage mais résulte aussi d’une dynamique de changement au sein de l’établissement.

Contexte

L’école ASC IH, dans laquelle je dispense des cours de français, est une école de langues privée basée à Genève en Suisse. L’établissement offre des cours de langue française, anglaise, allemande et espagnole aux entreprises de la ville. De plus, étant certifié par un label suisse éducatif, L’établissement travaille en partenariat privilégiée avec l’Office Cantonal pour l’Emploi de Genève et assure ainsi la formation en langues d’un nombre important de demandeurs d’emplois dans le cadre de la formation continue. L’école forme donc principalement deux publics et a deux offres de cours principales: la formation de cadres en entreprises, majoritairement en cours particulier, et la formation de personnes en recherche d’emploi en groupe. L’école a développé un réseau en Suisse puiqu’elle affilie cinq autres établissements. De plus, elle fait partie du réseau International House (IH).

L’école et les NTIC

L’école dispose d’un centre multimédia équipé d’une vingtaine d’ordinateurs. La fréquentation de ce centre par les étudiants est constamment assurée car l’offre de cours proposée aux personnes en recherche d’emploi inclut un temps d’accès défini en complémentarité des cours reçus en présentiel.

En ce qui concerne les cours proposés aux entreprises, l’école vient tout récemment de s’équiper d’une plateforme virtuelle (service loué à la société Learnissimo) permettant d’offrir des cours en ligne via webcam. Ce projet est encore dans sa phase de mise en place car nous avons rencontré quelques difficultés. En effet, outre certains problèmes techniques désormais résolus, pour mettre en vitrine ce nouveau service, les formateurs doivent enregistrer une vidéo très courte d’environ une minute pour se présenter. L’enregistrement de cette vidéo constitue pour le moment le plus grand frein au lancement du projet car très peu d’enseignants sont intéressés par le projet de cours via webcam ou se sentent capables de se présenter face caméra.

Phase 1: Analyse des besoins

Dans le contexte professionnel présenté ci-dessus, nous constatons l’existence de deux configurations différentes: les cours entreprise via web cam que l’école a appelé « Live learning » et les cours dispensés par le centre multimédia que nous appelons « OCE » pour Office Cantonal pour l’Emploi  en référence au public auquel il s’adresse. Ces deux offres de cours entendent développer et améliorer l’intégration de ressources numériques dans les pratiques d’enseignement. La majorité des professeurs font cours aux deux publics et bien que le public et l’offre de cours diffèrent quelque peu, le contenu pédagogique est sensiblement le même.

En analysant la situation, un premier constat peut être fait par rapport au centre multimédia: Il n’existe aucun pont entre le centre multimédia et les formateurs. Les enseignants donnent des cours intensifs de trois heures par jour aux groupes OCE, ces enseignements sont complétés par la fréquentation du centre mulitmédia mais les activités en ligne proposées par la responsable du centre n’ont pas de liens directs avec les cours suivis en présentiels. Cette première observation démontre la rupture existante entre la présence matérielle des NTIC dans l’institution et la non-appropriation de celles-ci par les professeurs. Il s’agit de deux mondes séparés qui ne communiquent pas.

En ce qui concerne le projet ASC Live learning qui est toujours dans sa phase de création, un second constat s’impose: il n’existe aucun matériel pour accompagner la mise en place des cours via webcam. Pour le moment, il est prévu de dispenser les cours de la même façon qu’ils sont dispensés en face à face lors des cours particuliers en présentiel. Toutefois, j’ai donné la première formation « technique » du projet à une quinzaine d’enseignants, celle-ci abordait le fonctionnement technique de la plate-forme. Mais en ce qui concerne les pratiques pédagogiques, tout reste à faire et l’ingenierie d’un plan de développement de l’usage de ces ressources se révèle indispensable.

Après avoir discuté avec les responsables pédagogiques sur la mise en oeuvre d’un plan visant à développer l’intégration des NTIC et à modifier ainsi les pratiques pédagogiques, j’ai pu ressentir la difficulté et le sentiment sous-jacent de crainte qu’un tel projet soit délicat à mettre en place. En effet, le fait de demander aux enseignants de changer leur pratique rencontre deux difficultés :

convaincre les formateurs de la légitimité d’actions novatrices mais aussi convaincre qu’il faudra consacrer un temps supplémentaire (non rémunéré) à cette nouvelle manière de faire.

Phase 2 : Développer la recherche et le développement/ Lancer la réflexion pédagogique

Face à ces contraintes et après réflexion avec l’équipe pédagogique, nous sommes arrivés à la conclusion qu’une première approche devait avoir lieu sous la forme d’une communication interne plus efficace. Etant déjà très difficile d’organiser les sessions de formation pour les enseignants à cause de leur emploi du temps, il a fallu trouver une solution permettant aux formateurs d’être au courant de l’évolution du projet, de prendre connaissance des outils offerts par les NTIC mais encore plus important lancer la réflexion pédagogique au sein de l’équipe quant aux nouvelles pratiques à adopter en classe visant à inclure les NTIC. Pour cela, nous avons décidé de créer un blog.

Phase 3: Mettre en place un blog de ressources pour les enseignants

La première étape est la création d’un blog aux couleurs de l’école. Les objectifs du Blog sont:

  • informer les formateurs et améliorer la communication interne sur le projet Live learning et l’activité pédagogique du Centre Mulitmédia

  • fournir des explications techniques sur la nouvelle plate-forme de cours via webcam

  • réflechir à la pédagogie d’une classe virtuelle et faire connaître les nouvelles approches pédagogiques propres aux NTIC

  • proposer des ressources en ligne pouvant compléter la classe virtuelle

  • partager des ressources et des idées

Le blog présente l’avantage de l’interaction c’est donc un outil adapté à cette volonté d’échanger et de réfléchir ensemble à de nouvelles pratiques. Toutefois, il semble indispensable de présenter officiellement ce projet de blog lors d’une session de formation.

Phase 4 : Présenter le blog lors d’une session de formation

La session de formation dont le thème sera « Intégrer les NTIC aux pratiques de l’enseignement » visera donc à présenter le blog et les nouveautés mentionnées ci-dessus. Au cours, de cette première formation, il faudra se montrer convaincant quant à l’utilité de mettre en place ces nouveaux outils, c’est pourquoi il sera essentiel de montrer des exemples concrets d’applications réussies.

Cette première formation devra être la première d’une série de formation consacrée aux thèmes de l’intégration des NTIC car cette dernière ne peut être le fruit que d’un travail de longue haleine. D’ailleurs, le changement se fera très progressivement et en fonction d’un autre facteur essentiel: la demande des cours via webcam. Si le marché des cours en ligne se développe, l’intégration des NTIC au sein de l’établissement risque aussi de s’améliorer.

Phase 5 : Encourager les initiatives/ intégrer dans la pratique quotidienne

Une fois le blog présenté aux enseignants, la partie la plus difficile commence, à savoir comment s’assurer que ces derniers chercheront à prendre part au projet ? La meilleure manière est, sans aucun doute, d’encourager des initiatives. Dans notre cas, le blog que nous proposons à l’école incite les enseignants à contribuer pleinement au projet et à réagir aux nouveautés pédagogiques. Pour cela, une section du blog demande aux enseignants de créer une ou plusieurs consignes de travail dans le cadre de l’approche interactionnelle. Il s’agit véritablement de faire participer les enseignants pleinement à la réflexion en se positionnant comme acteur. De plus, nous avons crée un espace dédié au partage de ressources, d’articles ou tout autre document.

Phase 6 : Evaluer

Le fait de mener un projet sur plusieurs mois avec des regroupements réguliers de l’équipe enseignante ( lors des sessions de formation) permettra d’avoir un suivi et d’évaluer les résultats. La section du blog qui demande aux enseignants de créer une consigne de travail nous servira de test, nous présenterons cette section lors de la première session de formation et nous verrons lors de la suivante si des consignes ont été proposées. Si c’est le cas (et nous l’espérons) la seconde session sera l’occasion de discuter de l’efficacité pédagogique de ces consignes et d’avoir des retours quant à une application pratique envers les étudiants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s